Cuir, biothane, nylon, synthétique, couture machine, point sellier… : choisir un matériel de qualité Sellerie
30 mai 2019
527

En tant que cavalier, il est souvent très difficile de choisir son matériel, opter pour un cuir esthétique qui demande de l’entretien ou bien un article en synthétique, proposant des couleurs différentes et un entretien quasi inexistant ?
Depuis quelques années, de nombreuses marques de matériel équestre ont vu le jour, comment s’y retrouver et choisir un matériel de qualité?
Petite précision avant de commencer cet article : je parlerai volontairement de matière synthétique et non de biothane. Il est maintenant devenu un nom commun alors qu’il s’agit bien d’une marque déposée américaine, correspondant à une gamme de sangles enrobées et très utilisées pour la création de matériel équestre et canin. Beaucoup de marques s’approprient ce terme qui regroupe parfois du PVC de mauvaise qualité. Méfiance donc, lisez bien la composition !
Le cuir n’a plus l’exclusivité en matière d’articles équestres. Le nylon et le synthétique, issu de matières plastiques ont petit à petit pris du terrain dans nos selleries. Ils sont moins chers et demandent moins d’entretien que le cuir. Au niveau esthétique, il est possible de trouver des couleurs vives et mêmes à motifs, tout dépend de nos goûts !
D’un point de vue purement technique, le synthétique et le nylon sont incomparables au cuir. Le cuir offre une légère élasticité (il s’agit de peau animale, celle-ci garde donc sa souplesse). Un bridon en cuir gagnera d’avantage de souplesse et aura tendance à épouser les formes de votre cheval. On le remarquera aussi au niveau des rênes. Des rênes entièrement en cuir offriront un contact plus doux avec la bouche du cheval. Le lien entre le cavalier et la bouche sera plus précis.
Le synthétique et le nylon, étant des matières très résistantes, n’auront aucune élasticité. Ce genre de matériaux reste très intéressant car il ne demande aucun entretien. Le cuir étant une matière « vivante », l’acidité de la transpiration du cheval pourra ronger le cuir si l’entretien est insuffisant. (Un nettoyage régulier au savon glycériné reste privilégié).
Le cuir lui, indémodable et élégant, habille nos chevaux depuis toujours. Il y en a pour tous les budgets, sachez néanmoins qu’un bridon très peu cher en cuir sera évidemment d’une qualité moindre. De plus, un article cher et de marque n’assure pas non plus une qualité irréprochable ! Mais alors, comment reconnaitre un cuir qualitatif ?
Si vous souhaitez acquérir du matériel en cuir, il est impératif de pouvoir le toucher ! Eliminez d’abord tout article qui serait trop raide, pliez le, si le cuir craquèle, il sera cassant et peu résistant.
Passez votre main sur tous les endroits qui seront au contact de votre monture, si vous sentez des petits accros ou des choses désagréables, imaginez votre cheval toute une séance avec ce genre de matériel sur lui …
Au toucher, si le cuir parait « plastique », c’est que c’est un cuir de mauvaise qualité ou sur traité au niveau du tannage. Ensuite, visuellement, il est important que l’article choisi soit "en forme". Autrement dit, un bridon avec un dessus de tête et une muserolle toute plate mettra beaucoup de temps à se mettre en place sur la tête de votre cheval (et causer des frottements ou pressions désagréables). Il en est de même pour une sangle en cuir, si la sangle est plate, n’oubliez pas qu’elle épousera les formes de votre cheval à la monte. Si celle-ci forme de petites pliures au moment du sanglage, elle pourra pincer et blesser votre cheval.
En matière de résistance, rien n’égalera la couture au point sellier (principalement sur du cuir). En effet, celle-ci est réalisée entièrement à la main (sans machine à coudre !). C’est un point de couture à deux aiguilles bien spécifique qui permet au fil de former des deminœuds et donc de rendre chaque point indépendant. Au contraire de la machine à coudre qui ne fait que « chainer », comme une couture sur textile. On peut trouver des articles entièrement fait au point sellier chez certains selliers artisanaux.
Le nylon ou le biothane peineront à s’assouplir … et le travail de ces matières n’est pas aussi précis que le cuir et n’offre pas les mêmes prestations techniques et esthétiques, tout dépend de l’utilisation que l’on en fait. Je vois souvent des meneurs de loisirs opter pour un harnais d’attelage en synthétique. On peut le laisser tout l’hiver sans entretien, il ne bougera pas et sera prêt pour les beaux jours !
Pour finir, sachez qu’un cuir qualitatif ne demandera que très peu d’entretien et préfèrera être entreposé dans un environnement humide, même s’il moisi, pas de panique, du savon glycériné pour le nettoyer lui ira parfaitement.
Peu importe le matériel que vous choisissez, il faudra toujours prendre en compte le confort de votre cheval avant tout, sans créer de gênes pour lui, et convenir aussi à vos goûts !

 

Exemple d’une couture au point sellier

L'auteur

Artisan sellier Harnacheur à Dijon depuis 2017

Passionnée d'équitation et de belles matières, je me suis orientée vers le métier de sellier après une thèse sur le spectacle équestre. Le travail du cuir et son adaptation sur le cheval me passionne. J'ai appris mon métier avec un maître sellier et une ostéopathe équin, ce qui m'a permis d'apprendre dans les meilleures conditions et de proposer une expertise complète à mes clients.