Lienard Olivier
4 articles

Être propriétaire de son cheval, nos premiers conseils

 

Être propriétaire c'est le rêve de tous cavaliers. Mais d'un point de vue purement légal, être propriétaire qu'est ce que c'est ?

 

 

 

.

Tous les conseils pour partir en vacances avec votre cheval

  Avant de partir

 

  • Vérifier que vous avez les papiers (livret + carte proprio) des chevaux et que leurs vaccins sont à jour,
  • Etudier la route avant de partir. Parfois passer par les nationales/départementales peut s’avérer moins coûteux et tout aussi, voire plus pratique,
  • Réfléchir à l’heure de départ. Nous sommes parties de nuit, les juments étaient ultra calmes, il n’y avait personne sur la route et pas de grosse chaleur,
  • Faire le plein d’essence avant d’avoir embarqué les chevaux. Attention à la hauteur, les camions ne passent pas tous sous tous les toits des stations, il est possible de le faire de travers sans s’engager dessous,
  • Prévoir d’être au moins deux dans la voiture/camion en cas de souci,
  • Avoir réservé un endroit où loger les chevaux,
  • Faire les courses.

 

 Sur la route

Le choix du transport
  • Pensez a bien faire un état des lieux avant chaque location de véhicule : vérification des papiers, assurance, contrôle technique, rayures, feux et km … d’autant plus avec un particulier cela vous évitera de mauvaises surprises
  • Pensez au triangle et aux gilets jaunes. Il n’y en a pas tout le temps dans les véhicules de location,
  • Un camion est plus facile à conduire même s’il parait plus large qu’un van (moins de prise au vent …).

 Attention :

  1. Les vans 2 places nécessitent un permis E,
  2. Les camions dépassant un PTAC de 3,5 tonnes nécessitent un permis C,
  3. La location de particulier à particulier est légale.

 L’image contient peut-être : ciel, arbre, cheval, plein air et nature

 L’embarquement
  • Vérifiez bien que toutes les fenêtres soient fermées pour éviter les appels d’air sauf en cas de grosse chaleur,
  • Protégez les chevaux durant le transport notamment les membres. Vous pouvez choisir des protections spéciales transport. Les bandes de repos, peuvent dépanner et évitent les engorgements pendant un long transport,
  • Attention au moment de la pose des protections surtout au niveau des postérieurs. Les chevaux n’y sont pas habitués, vous risquerez de vous prendre un coup,
  • Si votre cheval n’arrive pas à monter dans le camion avec ses protections, mettez lui uniquement lorsqu’il est dedans. On n’y pense pas toujours mais cela peut vraiment le gêner s’il n’est pas habitué,
  • Montez les chevaux au dernier moment pour pouvoir partir directement. Ils ont tendance à s’énerver quand ils sont à l’arrêt,
  • Réfléchissez à l’ordre dans lequel vous désirez faire monter (et descendre les chevaux) au préalable, (le plus expérimenté avant par exemple),
  • Attacher la longe dans le camion à ras, ne pas laisser de mou. Votre cheval risquerait de s’étrangler, de se détacher …
  • Toujours attacher son cheval à une ficelle et pas directement à l’anneau. Récupérez celles des ballots de foin, ça ne coûte rien …
  • Ne jamais (jamais jamais jamais), attacher son cheval avec un licol en corde. Il n’y a aucune point de rupture, en cas de panique c’est le cheval qui prend. Bien des chevaux auraient pu éviter la mort …
  • Installez des filets à foin pour diminuer l’ennui,
  • Pensez à fermer tous les bas flancs même ceux non utilisés.
 Sur la route …
  • Ayez à portée de main un licol et une longe supplémentaire par cheval,
  • Evitez les à-coups, anticipez les arrêts (stops, priorités, feux, etc …) et les tournants,
  • Pensez à la hauteur du van/camion (tunnel, péage, etc …),
  • La sortie des chevaux sur les aires d’autoroutes est fortement déconseillée voire interdite,
  • Essayez d’abreuver votre cheval lorsqu’il y a une porte latérale même si en général avec le stress du voyage, les chevaux boivent très peu,
  • Au moment de vous garer, n’hésitez à demander de l’aide car il y a beaucoup plus d’angles morts,
  • Les vans et les camions ne peuvent pas tout le temps se garer sur des parkings classiques.

 

 L’image contient peut-être : chien, ciel, océan, plein air, eau et nature

En arrivant sur mon lieu de vacances …

A. Le Logement …

… des chevaux

  • Vérifiez qu’il y ait un accès à l’eau,
  • Vérifiez la clôture et les éventuelles plantes toxiques si votre cheval est en patûre.

… des cavaliers

  • Sachez (et oui on l’a fait) que vous avez la possibilité de dormir dans le camion à l’endroit où sont les chevaux d’habitude. Si vous nettoyez bien cette partie (pensez à prendre des outils) et que vous recouvrez le sol d’une bâcher, vous pouvez vous aménager un vrai petit studio ;)
  • Si vous passez une nuit dans le camion, pensez à anticiper la fermeture du pont (passage par la sellerie),
  • Si vous ne restez qu’une seule nuit, demandez si vous pouvez loger directement dans le pré pour éviter de payer un emplacement. Les campings proposent parfois des passes visiteurs pour utiliser les sanitaires/douches sans à avoir à payer un emplacement.

 B. Le matériel …

 

… des chevaux

  1.  Bidon d’eau rempli (très utile pour abreuver sur la route …),
  2. Seau (il en existe des pliables),
  3. Filets à foin pour le retour,
  4. Granulés (au cas où il y aurait trop de boue dans le pré) et mesure (ou bouteille),
  5. Serviette éponge/séchante,
  6. Trousse de secours (voir article soin),
  7. Anti-mouches,
  8. Crème solaire (les chevaux blancs prennent des coups de soleil),
  9. Prévoir tous le matériel classique en double (rêne, longe …).

… des cavaliers

  1. Grosse lampe torche indispensable avec ses piles,
  2. Lits de camp, matelas gonflables pour le confort,
  3. Prise européenne pour les campings,
  4. Multiprise,
  5. Bâche,
  6. Vêtements chauds (plus chaussettes),
  7. Lunettes de soleil,
  8. Bottes de pluie/ imperméable,
  9. Bouilloire (permet de se faire un repas chaud : soupe, thé …),
  10. Sandales pour la douche,
  11. Couteau,
  12. Trousse de secours.
 C. A cheval !
  1. Toujours vérifier les horaires des marées (attention aux encerclements) et le droit d’accès aux plages (horaires).
  2. Rappel des règles de sécurité :
  • port du casque,
  • essayez d’être toujours deux même si le second est à pied,
  • attention au sol sur la plage. En effet bien que la plage soit un excellent terrain pour toutes les allures il faut tout de même se méfier.
  1. pensez à rincer et si possible laver au savon les chevaux et le matériel en revenant de la plage :  le sel est corrosif,
  2. ayez toujours un téléphone sur vous,
  3. évitez de mettre des protections à la plage. Vous risquez tout d’abord de les perdre dans l’eau et en plus le frottement avec le sable et le sel peut entraîner des irritations.

 

 

.

Bien choisir la pension pour mon cheval

De nombreux critères sont à prendre en compte lors de la recherche d’une nouvelle pension cheval. En effet, si la localisation géographique et le prix sont des critères objectifs que l’on appréhende facilement en cherchant sur le net. La pratique montre que trouver la pension qui nous convient est bien plus subtil et doit faire l’objet d’une attention particulière. Tour d’horizon des détails qui feront peut-être toute la différence pour vous et votre cheval.

 

 

 

Le mode d’hébergement des chevaux

 

Le mode d’hébergement est le bien être du cheval sont étroitement liés. On sait que le confinement prolongé au box contribue à augmenter les signes de mal être (pathologies physiologiques et comportementales). La possibilité d’accès aux pâtures et aux paddocks est donc un critère de choix important car il conditionne la santé et le moral de votre cheval. Une sortie quotidienne de quelques heures est recommandée. Informez-vous lors de votre visite sur la façon dont pourront se passer les sorties (durée, fréquence, qui s’en charge, etc.)

 

 

 

 

 

A observer

 

  • Tailles des boxes, état des boxes (sécurité)
  • Environnement des boxes (luminosité, possibilité d’observer l‘extérieur, de contacts sociaux…)
  • Propreté des litières
  • Etat des clôtures, dimensions des paddocks, présence d’abris
  • Sol des paddocks (présence de boue en hiver)

 

Questions à poser

 

  • Fréquence et durée des sorties au paddock
  • Changement des couvertures
  • Fréquence de nettoyage des boxes
  • Type de litière disponible (paille ou copeaux)
  • Hébergement collectif
  • Sortie des chevaux les dimanches et jours fériés

 

 

 

Quelle alimentation pour mon cheval en pension?

 

La quantité et la qualité du fourrage doivent être la base en matière d’alimentation. Les concentrés doivent venir complémenter et équilibrer la ration, pas l’inverse.

 

 

 

A observer :

 

  • La qualité du foin (ne pas hésiter à le sentir pour y détecter poussières et moisissures).

 

Questions à poser

 

  • Quantité fréquence de distribution du fourrage
  • Disponibilité de fourrages spéciaux (enrubannage, foin dépoussiéré, etc.)
  • Forme et qualité des concentrés, nombre de repas

 

 

 

Quels aménagements sont à disposition ?

 

 

 

A observer

 

  • Présence d’un manège
  • Etat des sols des carrières et manèges (présence de boue, flaques ou poussière)
  • Etat des lices
  • Présence d’aires de travail en liberté (lices hautes)
  • Présence d’un marcheur

 

Questions à poser

 

  • Possibilité et variété des chemins de promenade
  • Horaires de disponibilité des aires d’évolution

 

 

 

Locaux d’accueil

 

Une pension est aussi un lieu d’échange et de rencontre avec d’autres passionnés. On s’y rend aussi pour son plaisir et pour décompresser. Un environnement propice favorise une bonne ambiance.

 

 

 

A observer

 

  • Etat du club house
  • Présence d’une sellerie pour les propriétaires
  • Armoires fermées individuelles ?
  • Présence d’aires de pansage, solarium, aménagement des douches

 

Questions à poser

 

  • Possibilité de parking pour un van ou un camion

 

 

 

Encadrement

 

La dimension humaine et la compétence de l’encadrement sont des points clés pour votre satisfaction. La sensibilité et la compétence de l’encadrement génèrent l’ambiance du lieu et la confiance avec laquelle vous confiez votre cheval en pension.

 

 

 

Questions à poser

 

  • Présence d’un enseignant
  • Services proposés (coaching concours, organisation de stages, disciplines pratiquées)
  • Manifestations organisées (compétitions, journées festives, intervenants extérieurs, etc.)
  • Possibilité de sortie et de travail des chevaux par un professionnel

 

Le choix d’une pension cheval est important pour y trouver la satisfaction attendue. La convivialité que nous y recherchons ne doit pas nous faire oublier que c’est d’abord le lieu de vie de notre équidé. Il est important de penser à ce que vit notre cheval lorsque l’on n’est pas là. Enfin, le cadre et les équipements ne répondent qu’à une part des questions. Ce sont d’abord les gens de chevaux qui par leur professionnalisme, leur compétence et leur sérieux feront que vous leur confierez votre cheval les yeux fermés. Vous serez d’autant plus heureux de le retrouver que le cadre est agréable et que l’ambiance est sympathique.

Source : horsnews.fr

.

Acheter un cheval : pour qui et pour quoi ?

Avant tout il faut savoir pour qui est destiné ce futur cheval et quelle sera ma pratique et ma relation. Etes-vous cavalier confirmé ou débutant ? Des enfants vont-ils monter ce cheval ? Cherchez-vous un cheval pour faire de la compétition ? Ces questions vont déjà vous orienter vers l'âge et la race éventuelle que vous allez choisir. En tant que cavalier débutant il n'est pas vraiment conseillé de vous procurer un jeune cheval pur-sang, de 3 ans et non débourré. A l'inverse, un cavalier voulant rapidement évoluer en compétition ne choisira pas un cheval en pré-retraite ou très peu sportif.


De façon générale un cheval est considéré jeune jusqu'à ses 6 ou 7 ans, il est mature et dans la force de l'âge jusqu'à ses 15 ans puis se dirige gentiment vers le bel âge. En moyenne un cheval est débourré vers les 3 ou 4 ans (2 ans pour les chevaux de course). Il est en retraite aux alentours de ses 18 à 20 ans, ce qui ne signifie pas qu'il ne peut plus être monté mais que la compétition touche à sa fin. Donc un cavalier peu expérimenté souhaitant faire de la balade devrait se diriger vers un cheval adulte, voir en retraite, bien dressé et peu compliqué à monter. Un cavalier souhaitant faire de la compétition pourrait, s'il en a les compétences et le niveau équestre, se consacrer au dressage d'un jeune cheval.

Pour savoir quelle race choisir il faut savoir quelle discipline on souhaite pratiquer. En effet, on ne demandera pas les mêmes qualités à un cheval de dressage qu'à un cheval de balade ou à un cheval de saut. Certaines races ont leurs atouts pour être sélectionnées dans une ou plusieurs disciplines.
Par exemple, pour pratiquer du dressage on choisira plutôt un cheval grand, bien formé ayant de belles allures rebondies et élancées. Les races allemandes ont la réputation d'avoir de bons chevaux de dressage telles que le Holsteiner, l'Oldenbourg ou encore l'Hanovrien.

Pour l'attelage en compétition de type marathon on choisira plutôt des chevaux robustes, maniables et endurants tels que l'Haflinger, le comtois, le franche-montagne ou le frison. Pour de l'attelage plus touristique on choisira des races plus lourdes et plus calmes comme le percheron, le boulonnais ou le trait du nord.
Si on souhaite pratiquer le saut d'obstacle on se dirigera vers des chevaux francs, ayant un mental sportif et compétiteur. Le
Connemara, le Selle Français, le BPW ou encore le KWPN sont des chevaux fréquemment rencontrés sur les terrains de concours hippiques.

Si on choisit une discipline plus complexe comme le concours complet il faudra choisir un cheval polyvalent, très endurant et qui ne soit pas sur l'œil. Le Trotteur français, le Pur-sang anglais et le Selle-français sont des races idéales.

Si on aime la magie du spectacle équestre on choisira des chevaux attentifs, joueurs, esthétiques et aux allures extravagantes telles que le lusitanien, le Pure race espagnole ou le Frison.

Pour l'endurance la qualité principale de ces chevaux est évidemment l'endurance, mais on recherchera aussi des races ayant un mental solide. Les plus sollicités sont le Pur-sang arabe et l'Anglo-arabe.

Pour l'équitation américaine il faudra des chevaux très puissants de l'arrière-main qui seront réactifs et endurants. Les races rencontrées sont le Quarter-horse ou encore l'Appaloosa.

Bien entendu il n'y a pas de règle stricte et de nombreux chevaux sont excellents dans des disciplines qui ne sont pas la leur. Il existe près de 400 races différentes d'équidés dans le monde (ma liste ci-dessus est bien peu exhaustive!) ce qui donne un panel important.

A vous de vous renseigner sur la race qui vous conviendrait le mieux en fonction de la discipline choisie mais aussi en fonction du caractère de l'animal. Certains chevaux sont considérés plus dociles et plus près de l'homme.

Après l'âge et la race, il faut maintenant savoir si l'on souhaite avoir un mâle ou une femelle. Dans l'ordre des facilités, le hongre (cheval castré) est le plus docile et le moins compliqué. L'absence d'hormone lui enlève une partie de son comportement de mâle dominant. Vient ensuite la jument, qui est plus délicate. La présence des chaleurs les rend parfois d'humeur changeante voir agressive. L'entier garde son instinct de domination, ce qui peut le rendre imprévisible et parfois dangereux, surtout à proximité de juments en chaleur. De la même manière, il n'y a pas de vérité absolue. Un entier peut être bien plus doux et soumis qu'un hongre au caractère bien trempé.


La chose la plus importante et qui déterminera votre choix est le COUP DE COEUR... Observez, écoutez, touchez puis montez et votre choix se fera naturellement.

.